Développement Personnel et Communication

Vous êtes actuellement non connecté(e) au forum !

Afin de Visualiser Toutes les Pages du Forum, vous avez besoin de vous Connecter avec Votre Pseudo :

 

Si vous n'arrivez pas à vous connecter ou à vous enregistrer, contactez-moi par:EmailContactez-moi par Email

Connexion

Récupérer mon mot de passe



Connectez-vous !
 
 Connectez-vous pour accéder à toutes les Rubriques
 
E-Books & Diaporamas
Cliquez sur liens, boutons & images :

FORUMS
Rubrique Bien-Être Bien Être
Click ! Développement Personnel Développement Personnel
Rubrique Communication Communication
Rubrique Libre Parole Libre Parole


Rubriques Spéciales
Click ! Vie Professionelle Vie professionnelle
Rubrique Calme Intérieur Calme Intérieur
Rubrique Confiance en Soi Confiance en Soi
Rubrique Parler en Public Parler en Public
Rubrique Mincir Mincir
Click ! Communication Efficace Communication Efficace
Click ! Succès & Abondance Succès & Abondance

R
ubriques Invisibles
Rubrique SILVA Diplômés Silva
Click ! Spiritualité Spiritualité
Silva - Spiritualité - Cartes & Affirmations Positives - E-books - Diaporamas - Vidéos : Retrouvez-les ci-dessous Après Connexion au Forum Accès Spécial Membre



Contactez Admin. du Forum :


© Tous Droits Réservés.
Toute reproduction de mes écrits nécessite la mention de mon nom & d'un lien vers ce forum. Merci.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS

Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Mots-clés


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

FORUM Club Mieux Être » Bien-Être » Entraide au Bien-être » La pensée positive et la souffrance : un tandem difficile !

La pensée positive et la souffrance : un tandem difficile !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin

avatar
Admin
J'ai reçu sur mon email dernièrement une question envoyée par un membre qui n'a pas dit s'il était un homme ou une femme.

Je respecte donc son anonymat et je souhaite toutefois faire profiter les autres membres de certaines solutions qui se trouvent dans ma réponse avec son accord bien sûr.


Voici son message:

"Je lis ce que vous écrivez et c'est très beau, je vous en remercie. Cela me donne de l'énergie quelquefois mais des fois le problème ne se passe pas forcément au niveau de la pensée mais au niveau du corps physique. Comment à votre avis gérer une souffrance physique interne comme un manque de tendresse physique, un besoin physique de l'autre du sexe opposé. C'est un besoin hormonal naturel quand il n'est pas assouvi, crée une tension corporelle qui affecte l'envie de positiver ainsi que la pensée qui devient impuissante face à cette douleur interne. Un corps qui devient indifférent à la vie puisqu'il ne veut plus vivre sans l'autre. Sachant que cette situation je ne la choisis pas mais je la subis malgré moi. Comment faire pour surmonter ça sans avoir recours à une relation physique ?"


Cher membre du forum,


Je vous remercie de la confiance que vous avez choisi de placer en moi en me confiant votre problème.


La pensée positive ne prétend pas balayer d'un coup de baguette magique tous les problèmes, les souffrances physiques et morales. Toutefois, elle contribue à améliorer les compétences, à permettre un épanouissement personnel et professionnel en offrant à la personne des moyens pratiques d'acquérir une meilleure confiance en soi et de gérer les souffrances quel que soit l'ordre de leur origine, physique ou moral.



Nous passons tous pour une raison ou pour une autre par des moments où nous manquons d'envie de positiver. Nous n'avons plus alors qu'une seule envie c'est d'écouter simplement notre corps, notre souffrance et surtout de ne pas l'ignorer car elle est bien présente et elle nous interpelle. A ce moment là, ce que nous pouvons faire c'est simplement observer la souffrance telle qu'elle se présente à nous, l'accepter sans l'alimenter par des pensées.



Se dissocier mentalement de manière absolue de cette douleur relèverait peut-être de l'impossible au moment de la douleur. Cependant, essayer de l'apaiser par un sentiment de détachement et de neutralité, c'est à dire sans la juger ni l'analyser, peut s'avérer très efficace.



Quand la pensée est momentanément incapable d'agir en notre faveur, le mieux est de nous occuper par un travail manuel, par une activité physique ou juste sortir marcher etc...


En outre, la pratique du sport est très efficace du fait qu'elle permet de réguler la tension physique et morale.



Nous pouvons programmer notre esprit de manière à agir en notre faveur, cependant nous ne pouvons pas empêcher la survenue d'un incident ou d'un événement malheureux dans notre vie. La pensée positive opère dans ce cas afin de gérer la souffrance et de la transcender du mieux que l'on peut et c'est déjà un très grand pas en avant vers le succès.


Amicalement,

Fz Alami






_________________
"L'esprit opère à partir de ce qu'on lui donne"..."Ce sont mes pensées qui font que ma vie soit belle"..."Mes pensées créent la beauté à tout instant de ma vie"...
http://mieux-etre.forumactif.org

Lunalou

avatar
Bonsoir,

Ce soir me revoici sur le forum. J'ai lu le message de la personne ci haut, qui effectivement n'est pas toujours facile à gérer, peu importe la douleur physique, émotionnelle ou autre.

Nous sommes avant tout humain et il arrive que certaines circonstances nous perturbent à un moment ou à un autre plus qu'à l'habitude et où notre positif s’écroule un peu. A cela il y a plusieurs facteurs : fatigue, maladie, chagrin, etc.

La pensée positive ne consiste pas à ignorer le problème ou la douleur, mais en fait à changer la perception de nos idées et en arriver au lâcher prise, et à trouver des solutions, ces solutions qui sont à l’intérieur de nous. Il faut savoir écouter, dans le silence souvent. Plus nous nous obstinons et restons centrer sur une même idée, une même douleur, un même problème, plus elle est là présente et nous nourrissons cette pensée au point qu’elle revient, encore et encore.

Vous avez tout à fait raison, nous avons tous besoin de tendresse, j’ai vécu moi aussi ce même problème que la personne qui écrit. Il est prouvé qu’un bébé que l’on ne touche pas, à qui l’on ne donne pas de tendresse meurt. Je crois comprendre que vous vous sentez ainsi.

Ce qui est le plus troublant je dirais, c’est de le subir. Se faire ignorer de la personne que l’on aime est plus difficile et surtout si il n’y a pas de rapprochement, de tendresse.

Je dirais que c’est à vous de voir vraiment, de vous intérioriser pour trouver le pourquoi du comment. Il doit y avoir une raison à ce non rapprochement que vous subissez. Parfois on aime, mais à sens unique, et qu’est-ce que cela nous rapporte en bout de ligne ? de la frustration, de la douleur. Y a t-il moyen de parler avec la personne ? Je dis toujours qu’il est important de verbaliser.

Finalement je ne referais que répéter ce que Fz Alami a déjà posté et son post est très bien. La marche est très bien comme elle dit, c’est un bon moyen de calmer le trop plein, aussi si vraiment c’est trop lourd à porter, lorsque vous êtes dans la voiture, c’est un endroit où personne ne nous entend, alors criez de toute vos forces pour vous libérer, vous n’imaginez pas comme ça fait du bien. Ou, si vous avez la possibilité, allez dans un bois, et encore là criez de toute vos forces. Allez-y, libérer ce qui est retenu à l’intérieur.

Je rajouterais que chaque situation qu’il nous est donné de vivre est là pour nous faire grandir, bien que sur le moment, on soit assez souvent désorienté, mais il y a toujours une solution.

Et cela à l’air un peu bête, mais n’oubliez pas le toutou en peluche, il fait un bien énorme en tendresse et plus qu’on ne le croit.

http://www.aujardindelamitie.com/MesPetitesSemences/UnNounoursUnConfident/un_nounours.htm

http://www.aujardindelamitie.com

3 Un cri dans ma voiture le Lun 14 Sep - 14:06

Admin

avatar
Admin
Je mes souviens, il y a quelques années, il m'était arrivé une fois dans ma vie d'avoir eu besoin de monter les vitres de ma voiture et de crier de toutes mes forces. Je sentais que j'en avais trop besoin et après cela m'a fait à mon grand étonnement du bien et un soulagement immédiat ! Et là quand je t'ai lu Lunalou, j'ai eu le sourire car je ne pensais pas que d'autres personnes connaissent aussi ce petit secret. J'apprends des choses !

Il faut dire que j'avais dû héberger quelques jours chez moi une bande de fous à la maison (des gamins de 7 et 10 ans si je me rappelle bien car je ne les ai plus revus depuis ! ). Ils fouinaient partout dans mes affaires, dans mes papiers... moi qui suis habituée au calme et à ce que personne ne me dérange, là j'ai cru que je devenais folle. Alors je les ai presque mis à la porte de manière gentille mais très explicite. Je les ai conduits jusqu'à la gare pour m'assurer qu'ils partaient vraiment, j'avais besoin de les voir partir pour réaliser que je m'en suis vraiment débarrassée. Ensuite sur le chemin du retour, une fois toute seule dans ma voiture, c'était la seule fois où je sentais que si je ne criais pas pour faire sortir toute la tension que j'ai dû subir malgré moi pendant presque une semaine, quelque chose de plus grave allait m'arriver. Un vrai cauchemar !

Tu me rassures il y a d'autres gens qui ont connu ça !


_________________
"L'esprit opère à partir de ce qu'on lui donne"..."Ce sont mes pensées qui font que ma vie soit belle"..."Mes pensées créent la beauté à tout instant de ma vie"...
http://mieux-etre.forumactif.org

Lunalou

avatar
Et oui, c'est un petit truc bien connu, et à mon grand étonnement, mon ex conjoint le connaissait, il ne l'a jamais pratiqué, il aurait dû par contre au lieu de garder sa colère en dedans... mais il me disait qu’il avait surpris son boss une fois qui lui avait expliqué cette technique.

Dans mon cas, une fois, j'avais des problèmes avec une amie bi polaire et avec des problèmes de pilules. Une journée elle veut que j'aille chez elle, mais quel cauchemar que cet PM. Comme je travaillais à 16 heures, tout à coup ça dit en moi « assez c'est assez », et je me lève et je pars plus tôt en lui disant qu'elle me fait pitié et que j'en avais assez de son rôle de victime, qui de plus était un peu drogué par les médicaments qui la faisait déconner.

Mais c'est que je commençais à faire une crise d'asthme, ce n'était pas le temps vu que je partais travailler, alors j'ai crié de toute mes forces dans la voiture, et ensuite j'ai repris la route très calmement, et je suis arrivée au travail aussi très calme, la crise d'asthme disparu, en fait j'étouffais de l'après midi qu'elle m’avait fait passé.

http://www.aujardindelamitie.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum